Webovino
Le forum qui a du nez
Des vins pas tranquilles
Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Champagne Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 02 nov. 2015 23:22

Maison JACQUESSON

Image



Adresse :68, rue du Colonel Fabien 1530 DIZY
Tel : 03.26.55.68.11
Courriel : info@champagnejacquesson.com
Site Internet : http://www.champagnejacquesson.com


Présentation :


Très ancienne maison de Champagne familiale, créée en 1798 à Châlons-sur-Marne par par Claude et Memmie Jacquesson. la maison Jacquesson se targue d'ailleurs d'être la plus vieille maison de Champagne indépendante.

La réputation de Jacquesson prend de l'ampleur lorsque Napoléon Premier lui décerne la médaille impériale attribuée à la faveur de la beauté de ses caves.

En 1829 Jacquesson absorbe la maison Juglar dont on a récemment entendu parler du fait de la découverte de bouteilles de plus de 200 ans en mer Baltique
http://champagnejacquesson.com/sites/de ... RE2010.pdf


Au milieu du XIXe siècle la production de la Maison Jacquesson était telle qu'elle atteignait le million de bouteilles chaque année, avec énormément d'export, essentiellement vers les Etats-Unis, sous l'impulsion de l'emblématique Adolphe Jacquesson, fils des fondateurs. Ce dernier sera à l'origine d'innovations techniques, telle que l'invention du muselet dont il déposera le brevet.

A sa disparition, Jacquesson retombera dans un relatif anonymat, avant d'être racheté en 1974 par Jacques CHIQUET. Aujourd'hui ses fils, Laurent et Jean-Hervé lui ont succédé, le premier s'occupant essentiellement de la production et le second de la commercialisation.

Ils élaborent des vins particulièrement purs et racés à partir de raisins provenant à 80% de leurs propres vignes, les achats provenant quant à eux de vignes limitrophes.

Le vignoble est essentiellement situé en Grand Cru, à Aÿ, en Premier Cru à Dizy et Hautvillers, dans la Grande Vallée de la Marne et, en Côte des Blancs, dans les Grands Crus d'Avize et de Oiry.


Méthodes de production :

Les frères Chiquet visent assurément la très haute qualité plutôt que la quantité. L'expression du terroir est le maître mot de la maison qui utilise des méthodes culturales traditionalistes : peu, voire pas d'amendement, labours des sols, parcelles enherbées, taille courte.

Sans être labellisé, les traitements sont la plupart du temps bio.

Au chai, l'utilisation d'un pressoir vertical traditionnel permet une pressurage doux, sans extraction de tannins ou rafles rugueux. Seule la première presse (la cuvée) est conservée pour l'élaboration des vins, la seconde presse étant revendue. Il n'y a pas de chaptalisation.

L'élevage se fait ensuite sous bois, essentiellement en foudres anciens, pour ne pas marquer les vins et permettre une oxygénation ménagée. Les lies sont conservées avec batonnage.

Les élevages et vieillissement sont en général assez long, avec in fine un dosage très léger, voire inexistant, adapté à la maturité des jus.


Cuvées :

La cuvée phare de la Maison Jacquesson est le brut sans année qui se démarque des autres BSA de grandes maison en ce que le but recherché n'est pas la régularité, mais plutôt de représenter la récolte annuelle dont il est principalement issu. Ainsi la première cuvée produite est la n°728 qui est principalement constituée de vins de l'année 2000. On ne peut toutefois parler d'un vin millésimé puisque des vins de réserve participent à l'assemblage.

Jacquesson qui ne peut utiliser l'année correspondant au millésimé a donc choisi de numéroter son brut sans année à partir de l'année 2000, qui est donc la cuvée n°728, l'année 2001 étant la n°729 et ainsi de suite … (728 étant simplement choisie comme étant la 728e cuvée référencée sur un registre interne de la Maison ayant débuté en 1898 à l'occasion de son centenaire).

Afin de donner une idée de l'évolution du vin après un plus long vieillissement sur lies, Jacquesson commercialise des cuvées 7XX dégorgées tardivement. La première cuvée commercialisée étant la 733 dégorgement tardif (issu de l'année 2005).

Jacquesson a décidé d'arrêter la production de son champagne millésimé pour que cela profite aux cuvées 7XX. Le dernier millésimé produit est le millésime 2002.

En revanche, il existe toujours, certaines années, la commercialisation de cuvées parcellaires millésimées, de très haut vol, mais également largement plus onéreuses :
Dizy Corne Bautray
Avize Champ Caïn
Aÿ Vauzelle Terme
Dizy Terres Rouges (rosé)

Les champagnes de Jacquesson sont indéniablement taillés pour la garde. Il existe aujourd'hui certains débats sur le style actuel de plus en plus pur, sous entendant plus porté vers le caractère minéral et sec (tendu), mais il apparaît indispensable de leur laisser du temps pour un parfait épanouissement.

Certains regretteront aussi la disparition de la « simple » cuvée millésimée qui permettait aux amateurs d'acquérir des grands champagnes à des prix parfaitement abordables. Il est vrai que les parcellaires sont aujourd'hui proposés à des prix plus élitistes , mais il faut tout de même remarquer que ces cuvées parcellaires représentent le sommet de la Champagne et qu'il sera toujours plus intéressant de s'offrir de telles bouteilles que certaines grandes cuvées de grandes maisons, pas toujours au niveau attendu. Quant à la cuvée 7XX, nul doute qu'il s'agit également du Brut Sans Année le plus intéressant des grandes maisons, en compagnie de quelques autres (comme Bollinger, notamment).

Vidéos

https://www.youtube.com/watch?v=TdkY-SluefA

https://www.youtube.com/watch?v=hPEP8l5fxXM

https://www.youtube.com/watch?v=-IPatFYD16o

https://www.youtube.com/watch?v=R4-mHMGWzRE

Liens intéressants

Site de Julien Zika

Le blog du Champagne
Modifié en dernier par Greg v le 14 nov. 2015 12:23, modifié 11 fois.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 19:28

Cuvées dégustées en 2011 :

Cuvée 733 :

733 est issu en majorité de la récolte 2005 (à 78%), le reste étant du vin de réserve.
52% Ch, 24% PM, 24% PN
Dosage 2.5 g/l, dégorgement 3e Trimestre 2009

Le nez est d'une grande gourmandise et d'une grande élégance : amande, frangipane, crème patissière, un peu d'agrumes.

En bouche, la bulle est réellement magnifique, tout en légèreté et délicatesse, elle entre au contact de la langue en se transformant en mousse onctueuse. Les notes de frangipane reviennent, un peu de pain chaud, d'agrumes. Tout est rondeur avec ce qu'il faut de fraîcheur.

Le BSA parfait. 17,5/20

Grand accord avec le tourteau et des huitres gratinées




Perfection, BSA des années 90 :

C'est un cousin proche du Jacquesson 733 avec lequel je lui trouve d'énormes similitudes.

Le nez est engageant, sur des notes patissières de frangipanes, des accents d'agrumes confits et de citron vert

En bouche, c'est onctueux, délicat, la bulle est fine et caressante. C'est très vineux et au top de son évolution, tout en restant sur une puissance contenue. Finale sur une note minérale crayeuse.

17/20



Jacquesson Signature 1988 :

A l'ouverture le bouchon est étroit et sort facilement. Pas d'odeur déviante.

La robe est dorée, cuivrée. La bulle est éparse

Nez extraordinaire sur des légères notes de rancio, d'amande, de pêche confite, de citron confit, d'ananas roti. Sensations minérales.

En bouche la bulle est légère, le champagne est très charmeur et complexe. On retrouve le même style qu'au nez, avec un léger goût de moka. Il y a des notes salines et une très belle acidité qui rajeunit ce beau bouquet évoulé. Belle longueur.

Superbe ! 18,5/20


Jacquesson Corne Bautray 2000 :

De mémoire il s'agit d'un blanc de blancs issu d'une parcelle de Dizy sur sol argileux.
Pas de dosage

La robe est dorée avec des reflets cuivrés

Au nez on est sur le style Jacquesson, très expressif sur des notes de cake, de fruits confits, d'olive noire, de fumée

En bouche, la bulle est fine. Je trouve par contre qu'elle a tendance à disparaître si on ne boit pas rapidement son verre. C'est gourmand, vineux, sur les notes confites perçues au nez, coing, cerise confite, avec cette note fumée très agréable et une finale sur une fine amertume. La texture est à la fois grasse (élevage) et vive car il vin est soutenue par une très belle acidité.

17/20


Avize Grand Cru 1997 :

Le champagne qui a révélé ma passion pour cette région :P

Bouteille ouverte, carafée et servie dans la foulée sur homard mayonnaise.

La robe est vieil or. La bulle au service est mousseuse.

Le nez est magnifique, sur les fruits exotiques et confits, la cire d'abeille, le gingembre confit aussi.

En bouche, la bulle n'est pas agressive, assez fine et mousseuse. Peut être un peu rare.

L'attaque est sur les fruits confits, très expressive. Elle se prolonge sur des notes minérales un peu crayeuses. Fin de bouche un peu amère.

Très beau champagne : 17.5/20


Avize Grand Cru 2000 :

Robe vieil or.

Nez magnifique et complexe. Sur les fruits rouges, le raisin de Corinthe, le nougat

En bouche, beau volume, fruits rouges, patisserie, poire en attaque. Se prolonge sur des notes de cire.

La bulle est légère.

16,5/20



Jacquesson Blanc de Blancs 1990:

Nez beurré, fruits confits, légèrement rancio
Bouche bien équilibrée, gourmande, avec une belle acidité qui montre que ce champagne est encore dans une phase ascendante

16,5/20


Jacquesson Blanc de blancs 1993 :

Nez sur le café, très oxydatif
Bouche : cake, café, toffee, orange confite. Style très oxydatif, ne vieillira pas encore très longtemps. A boire

15,5/20


Jacquesson Perfection, Mémoire du XXe siècle:

Nez également oxydatif avec des notes de café
Bouche : notes de noix, salinité, forte acidité sur les agrumes

15,5/20
Modifié en dernier par Greg v le 13 nov. 2015 19:43, modifié 1 fois.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 19:38

Dégusté en mars 2012 :

Jacquesson DIZY 2003 – 83%PM, 17%PN ; dosage ,5g/l, élevé en foudre



Couleur cerise très profonde

Nez : très épicé et déroutant : cumin, poivre blanc, clou de girofle

Bouche aussi épicée, sur les mêmes notes déroutantes, avec quelques notes de groseille. Milieu de bouche vineuse. Finale sur une amertume un peu dérangeante

Grosse déception pour cet OVNI car c'est une de mes maisons préférée. Ca peut plaire à certains et ça pourrait faire des accords originaux (agneau?)

13,5/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 19:47

Dégustés en avril 2012

Jacquesson 735 :

Vineux, assez puissant, équilibré, sur des notes d'amande, de citron et de fruits noirs. Mieux que 734, pas au niveau de 733 : 15,5/20

Jacquesson 736 : pas encore dégorgé :

Plus tranchant et minéral. D'un superbe équilibre. Grand potentiel : 16,5/20

Jacquesson Corne Bautray 2004 :

Citronné, amande, pierre à fusil. Droit, beau, très minéral : 17/20

Jacquesson Corne Bautray 2002

Bouche complexe, d'abord fruitée, sur les fruits secs, l'abricot, les agrumes, puis la prune. Minéral, crayeux, graphite. Très long. Enorme vin, époustouflant : 19/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 19:50

Dégusté en septembre 2012 :

Jacquesson 730 (base 2002)

Nez sur les fruits noirs, les agrumes, les fruits jaunes
Bouche à la texture crémeuse, bulles fines. Encore très jeunes avec de beaux amers et une finale minérale. Notes de fruits noirs, de fruits secs, d'encens et d'épices. Bon équilibre.

16,5/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 20:28

Verticale des cuvées 700 en octobre 2012 :

Jacquesson 728 (base 2000) 37PM, 36ch, 27PN, deg mars 2003, dosage 5g/l

Nez frais sur les fruits blancs bien murs
Bouche crémeuse, sur la poire confite, avec des notes oxydatives, de safran. Finale sur une belle amertume qui persiste longuement

14,5/20



Jacquesson 729 (base 2001) 34PM, 34ch, 32 PM, dég 2e trim 2005, dosage 5 g/l

Nez sur la réduction avec des notes de feuilles mortes, de fougère.
Bouche : d'abord végétale, puis curieusement on passe sur des fruits très mûrs : cassis, fraise confite, fraise des bois, grenadine, fruits noirs bien mûrs. La buylle est très mousseuses.
Quel curieux champagne ... en fait j'aime beaucoup : 15,5/20



Jacquesson 730 (base 2002) 32 PN, 48ch, 20PM, dég 3e trim 2006, dosage 3,5 g/l

Nez sur les fruits noirs, les agrumes, les fruits jaunes
Bouche à la texture crémeuse, bulles fines. Encore très jeunes avec de beaux amers et une finale minérale. Notes de fruits noirs, de fruits secs, d'encens et d'épices. Bon équilibre.

16,5/20


Jacquesson 731 : (base 2003) 52ch, 31PM, 17 PN, dosage 3,5 g/l

Nez fruité très agréable, avec des relents de pomme au four, de canelle
Bouche ronde, crémeuse, très fruitée, avec des notes de fruits jaunes mûrs, de canelle, de prune. Finale saline avec une jolie amertume

16,5/20


Jacquesson 732 : (base 2004) 39ch, 36PM, 25PN, dég 2e trim 2007; dosage 3,5 g/l

Nez discret, fruits mûrs, poire, pêche, eau de vie

Bouche gourmande, sur les fruits jaunes mûrs, la mirabelle. L'attaque est douce, presque un peu trop, tension moyenne en milieu de bouche, puis repart sur une belle finale tendue et saline

15/20


Jacquesson 733 : (base 2005) 52ch, 24PM, 24PN, deg 1er trim 2009, dosage 2,5g/l

Nez élégant, exotique, fruits confits, olive, cendre, évolutif et très complexe

En bouche la bulle est fine, quelques notes oxydatives ajoutent à la complexité. Notes de fruits confits et fruits mûrs, cendre, notes salines. Finale longue, sur le silex. Equilibre excellent

17,5/20

Jacquesson 734 : (base 2006) 54ch, 26PM, 20PN, dosage 3,5 g/l

Nez un peu réduit, puis fruits noirs, guimauve

Bouche sur le fruits noirs, la prune, plus simpe aromatiquement que ses frères. Moins d'équilibre aussi. Finale minérale avec de l'amertume.
Peu de plaisir à ce stade

14,5/20



Jacquesson 735 : (base 2007) 47ch, 33PN, 20PM, dég juin 2012, dosage 3,5 g/l

Nez vineux, raisin, quetsche. Fruits jaunes. De plus en plus fruité au réchauffement

Bouche : bulle élégante, crémeux, plein. Fruits noirs et jaunes. Assez long et minéral en finale, avec une fine amertume

16,5/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 20:30

Dégusté en octobre 2012 :

Jacquesson Avize Grand Cru 2000
dégorgé en 2008 - 3,5 g/l

Nez très sympa, semblant évolué sur des notes oxydatives : miel, épices, curry, safran, cire, prune, fruits jaunes, iris

En bouche la bulle est superbe de finesse. On reste sur un registre oxydatif, avec un joli boisé très maîtrisé. L'ensemble est gourmand et très gastronomique. Ca se tient bien grâce à une acidité parfaite qui porte le vin en longueur sur une finale saline.


Encore un 2000 qui sort du lot (après le Dom pé que j'ai beaucoup apprécié). Il est parfait maintenant.

17/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 20:32

Dégusté en mars 2013 :

JACQUESSON SILLERY 1996, 100% pinot noir, dégorgé en 2004, dosage 3,5 g/l.


Le nez est oxydatif, avec des fruits confits (orange, pêche) et des notes minérales.

En bouche le vin reste sur des notes évoluées oxydatives, de fruits confits, avec un peu de champignons frais et de truffe blanche, mais ce côté évolué est contrebalancé par une fraicheur inouïe, une acidité traçante qui porte le vin. La bulle est superbe, légère. La finale est très crayeuse et saline et d'une grande longueur. La texture correspond par du gras et de la douceur à un vin passé sous bois.

C'est excellent : 17,5/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 20:36

Dégusté en mai 2013 :

Jacquesson 736 :

Elégant, tendu et minéral. Marqué par des notes citronnées, il libèrera plus d'arômes dans 2 ou 3 ans. A attendre impérativement 16/20

Jacquesson Corne Bautray 2004 :

Très complexe, avec une bulle délicate, il présente des notes calcaires et une finale sur de beaux amers. Encore très jeune : 16,5/20


Jacquesson Avize Champ Cain 2004 :

Plus fruité, souple et vineux. Profil plus agréable aujourd'hui assez profond avec une finale crayeuse. 16,5/20

Jacquesson Ay Terme Vauzelle 2004 :

Très beau champagne, complexe, profond. Vineux sur des notes de fruits noirs, de prune, d'amande, avec des touches florales. Beaux amers également. Le meilleur de la série : 17,5/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 20:37

Dégusté en juin 2013 :

Jacquesson Avize Grand Cru 2000 :

Nez : Fruits jaunes confits, orange amère, miel, oxydatif, miel, fruits secs. C'est une très joli nez

Bouche : beaucoup plus stricte et austère que le nez, avec pas mal d'acidité. L'orange amère et les agrumes ressortent. Si la structure est belle, la finale est un peu stricte.

15,5/20 c'est donc moins bon que ma dernière bouteille bue de cette cuvée. Bouteille moins bonne ou déclin ?



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 13 nov. 2015 20:41

Dégusté quelques jours plus tard :

Avize Grand Cru 2000
dégorgé en 2008 - 3,5 g/l

Après une relative déception sur cette bouteille il y a une semaine, mon ami Julien se fait un malin plaisir à nous resservir la même cuvée à l'aveugle.

Nez est beau, sur des notes oxydatives, la prune, le miel, les fruits confits, des notes minérales.

Bouche : bulle très élégante. champagne vineux, ample, beurré, une touche de réglisse rappelle le bois. Il y a de beaux amers et, comme d'habitude chez Jacquesson, une belle tension saline qui ponctue la finale.

17/20 : NOUS VOILA RASSURES !



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:09

Dégusté en septembre 2013 :

Jacquesson millésime 2002

Nez : brioché, fruits blancs, fleurs blanches, touches oxydatives sur l'amande, très léger curry

Bouche à la bulle fine et onctueuse. La matière est très jolie, avec une aromatique qui s'est un peu refermée par rapport à mes expériences précédentes. Belle longueur. La finale est saline. Belle acidité qui structure le vin.

Il est dans une phase ingrate, moins expressif qu'avant. Je pense qu'il faut laisser dormir ce 2002 quelques années.

16,5/20 avec un superbe potentiel



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:11

Dégusté en janvier 2014 :

Jacquesson 733 :

Moins avenant que d'habitude, sur des notes de brioche et végétales, son caractère vineux est contrebalancé par une acidité prégnante. La bulle est agréable, comme le toucher de bouche.

Une bouteille plus faible, mais ça reste bon.

15/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:14

Dégustation en avril 2014 :

Jacquesson Corne Bautray 2007 (non commercialisé, dégorgé pour la dégustation) :

Superbe champagne assez floral, axé sur les fruits blancs, d'une élégance extrême. Très belle bulle fine. Superbe. 17,5/20

Dizy Terre rouge rosé 2008 :

Fin, sur les fruits rouges et des arômes floraux. Superbe d'acidité et de fraicheur. Représentatif du millésime. 17/20

Jacquesson cuvée 730 (base 2002) :

Fruits noirs très mûrs, belle acidité et vinosité, assez gras, notes de pierres frottées. 16/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:17

Dégustation en avril 2014 :

Très belle bouteille de Jacquesson Avize Grand Cru 2000

Nez : confit, vineux et un peu oxydatif, sur des notes d'amande, de prune, de fleurs séchées, de miel, de craie

B : bulle à l'effervescence très fine, qui s'assagit très vite, aromatique très agréable, confite, minérale et légèrement oxydative, belle notes crayeuses. Ce serait donc superbe si le vin n'était pas relativement court, avec une acidité un peu dissociée en finale, mais l'équilibre en attaque et en milieu est très beau.

16,5/20 pour ce très beau vin qui est atteint par les limites du millésime. Je ne suis pas certain qu'il gagne à être gardé, il est très bien maintenant.

A noter un accord sublime sur de la pata negra et très bon sur des mets variés tels que saumon fumé, rillettes, chèvre de Touraine et camenbert Jort très fleuri (si on enlève la croute).



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:20

Dégustation en mai 2014 :

Petit passage au stand Jacquesson de la RVF et l'occasion de goûter la 737 et le 733 dégorgement tardif.

La 737 sur une base 2009 est très frais, agréable. Ce n'est pas la plus complexe des 7XX mais elle donnera du plaisir. Ca reste un des meilleurs BSA de maison.

La 733 dégorgement tardif ressemble évidemment à la 733 dans son aromatique, sur les fruits noirs bien mûrs, mais avec un supplément de tension et de fraicheur. Voilà un très bon champagne, mais à 75 euros je passe mon tour.

Sinon confirmation que le
Dizy Terre rouge rosé 2008 est "Fin, sur les fruits rouges et des arômes floraux. Superbe d'acidité et de fraicheur. Représentatif du millésime. 17/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:23

Dégustation en septembre 2014

Un petit point sur la 736 qui me semble se refermer de plus en plus.

Le nez est frais sur des notes de raisin, de fruits blancs, de citron, d'herbes aromatiques et d'autolyse

La bouche offre une effervescence très légère et douce avec une bulle certes assez rare. L'aromatique n'explose pas beaucoup et reste sur la réserve avec une grande acidité. Au réchauffement des notes de boulangerie et de fruits secs demandent timidement à s'exprimer mais ça viendra dans 2-3 ans (àmha). Finale tendue et saline.

15,5/20 en l'état avec un beau potentiel. Toujours urgent d'attendre.



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:24

Dégustation en décembre 2014 :

Jacquesson cuvée 738 (base 2010) :

Nez franc, frais, floral, sur les fruits blancs

Bouche : agréable, mais plutôt simple, avec une bulle qui m'a parue plus grossière que d'habitude. La tension est également moindre.

reflet de la récolte 2010, cette 738 n'est manifestement pas la plus réussie de ces dernières années.

15/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:26

Dégustation en janvier 2015 :

Jacquesson Blanc de blancs NV (présumé des années 70)

Nez : sur le thé, la prune, fruits secs

B : il n'y a plus de bulle, les arômes sont confits, avec une certaine fraîcheur (thé) et surtout une forte impression saline. Finale beurrée.

15,5/20



Avatar de l’utilisateur
Greg v
Membre averti
Membre averti
Messages : 3466
Enregistré le : 02 nov. 2015 22:12

Re: Jacquesson (Dizy, 51)

Messagepar Greg v » 14 nov. 2015 09:28

Dégustation en mars 2015 :

Petite révision de mon point de vue sur la 738 qui est certes plus simple que d'habitude, mais finalement très agréable et élégante. Ce n'est pas le plus beau millésime, mais ça reste recommandable 15,5/20


Goûté rapidement la 734 Dégorgement Tardif : j'avoue que je suis très surpris de retrouver les caractéristiques de 733 DT, alors que 733 et 734 ne se ressemblent pas : on est sur un champagne vineux, qui part sur des notes de fruits noirs (prune) et de fleurs rouges, avec un caractère joliment oxydatif et des notes salines. Bref, je trouve ça très très bon (16,5/20) mais j'ai du mal à comprendre comment du produit de base 734 on parvient à avoir le 734 DT que j'ai dégusté, d'autant que le 734 d'origine semble beaucoup plus jeune :?

Sinon, dégusté également le Corne Bautray 2005 que j'ai trouvé très au dessus d'Avize Champ Caïn 2005(noté 16 sans prise de note) : on est effet, on est sur un champagne ultra crayeux, d'une rare élégance avec du volume. Une grande réussite pour ce millésime ! 17,5/20




Retourner vers « Vins de Champagne »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Recherche


Recherche avancée

Connexion