Webovino
Le forum qui a du nez
Du pôle nord au pôle sud
etlevinfut
Messages : 35
Enregistré le : 24 juin 2016 19:45

Le vin palestinien a de l'avenir...

Messagepar etlevinfut » 09 mai 2017 20:20

Septembre 1993 à Oslo, le monde entier regarde la poignée de main historique entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin. Un espoir de réconciliation et de paix surgit dans cette région meurtrie. Au même moment, dans le petit village de Taybeh, un père appelle son fils aux Etats-Unis et lui demande de rentrer en Palestine pour monter son entreprise.

En 1994, Nadim Khoury décide alors de revenir de son université de Boston pour créer la première brasserie palestinienne dans ce climat de douce euphorie. Pourquoi la bière ? Par passion, sûrement, pour un homme qui en fabriquait déjà pour le plaisir dans sa chambre universitaire. Par destinée, peut-être: Nadim signifiant "compagnon de boisson" en arabe...

Vingt ans plus tard et un succès international de la Taybeh Beer, son fils Canaan diversifie l'entreprise en se lançant en 2013 dans le monde du vin: Taybeh Winery. Je suis alors reçu par Helena, nièce de Nadim, qui s'occupe de l'hôtel familial, le dernier business né du clan Khoury. L'accueil est chaleureux et convivial. Mais quoi de plus naturel lorsque Saladin lui-même, au XIIe siècle, agréablement surpris par l'hospitalité des villageois, décida de changer le nom du lieu en "Taybeh", soit "doux" ou "gentil" en arabe...et "délicieux" lorsqu'il s'agit de nourriture (encore la destinée ;-) ).

Si aujourd'hui la brasserie exporte au Japon, en Suède et en Belgique avec 6000 hectolitres par an, ce fut loin d'être un long fleuve tranquille... et ne l'est toujours pas. Village chrétien dans un pays à majorité musulmane, produire de l'alcool n'a pas été initialement apprécié. Mais après l'échec des accords d'Oslo les années suivantes et la multiplication des révoltes palestiniennes, créer un produit seulement palestinien de qualité est apparu comme un acte de revendication et de reconnaissance politique. D'autant que le domaine des moines de Latroun autrefois en territoire palestinien a été absorbé en 1967 et celui des moines de Crémisan, proche de Bethléem, est menacé par le mur et risque de basculer rapidement du côté israélien. Seule brasserie depuis plus de 23 ans, la Taybeh Winery deviendrait le seul vignoble palestinien.

C'est pourquoi aujourd'hui, les habitants sont fiers de pouvoir goûter un produit local de qualité, qui stimule l'économie du pays et exporte le nom "Palestine". La brasserie et le vignoble emploient environ 60 personnes du village et le vin est exporté en Israël, au Danemark et aux Etats-Unis. Toutefois, il faut s'adapter aux règles et le nom de Palestine ne peut apparaître seul sur les étiquettes lors de l'exportation: "West Bank" doit figurer à ses côtés, pour que "Palestine" ne soit pas considérée comme pays mais comme une région... Pas un long fleuve tranquille vous ai-je dis, sans évoquer le rationnement de l'eau imposé par Israël, autre grand défi de taille.

Mais Canaan est un homme doué, voir surdoué, et aime relever les défis: fraîchement diplômé de Harvard, il obtient la plus haute note de l'Université California Davis dans le domaine "Master Brewer". Il se lance alors dans l’œnologie car produire du vin en "Terre Sainte" est ancestrale et ses propres grands-parents en élaboraient. Un lignage de 600 ans symbolisé par l'arbre familial, devenu insigne de l'entreprise: chaque branche représentant un enfant.

Aujourd'hui, la petite production équivaut à 30 000 bouteilles, tout en vendanges manuelles, dont le rouge représente la majeure partie. Là aussi, le défi est important: depuis plusieurs années Israël s'est imposé comme un pays de grands crus, notamment sur le plateau du Golan. Il faut donc se montrer à la hauteur. Ici, le merlot, le cabernet-sauvignon et la syrah ont été choisis, avec au minimum 8 mois en fut de chêne français, chacune des bouteilles se nommant...Nadim. Si le cabernet-sauvignon 2013 reste fermé et capiteux, la syrah 2015, 14,5%, mise sur le fruit rouge et le chocolat, avec des tanins fondus et soyeux. Une vraie réussite ! De même, le merlot 2013, légèrement tuilé et donc à boire, offre des arômes tertiaires de figues et de cerises kirschées surprenant mais parfait pour accompagner un repas.

Néanmoins, Canaan joue son va-tout sur le blanc. Je ne parle pas du Sauvignon Blanc que je n'ai pu goûter, mais du Zeini. Ce blanc léger, floral et vif est 100% palestinien ! Face aux cépages internationaux, la famille Khoury souhaite inscrire la Palestine sur la route des vins mondiaux non seulement pour le produit final, mais également pour son terroir. Canaan a en effet ouvert une procédure pour faire reconnaître le Zeini comme cépage autochtone palestinien, originaire de Hébron, tout un symbole dans ce lieu si représentatif du conflit israélo-palestinien. Et il ne compte pas s'arrêter là puisqu'un nouveau venu "100% palestinien", le Beituni, devrait voir le jour cette année.

Ainsi, si consommer un vin palestinien peut être perçu comme un acte politique, après cette dégustation, il peut parfaitement apparaître comme un acte gastronomique.

Article original: http://etlevinfut.com/le-vin-palestinien-a-de-lavenir/



Retourner vers « Vins d'autres pays du monde »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité

cron

Recherche


Recherche avancée

Connexion